C’est officiel : lettres rogatoires acceptés

Les inspecteurs de la Police judiciaire et ses homologues britanniques ont commencé aujourd’hui les premiers contacts officiels pour établir l’agenda des interrogatoires demandés par les autorités portugaises depuis plusieurs mois.

Les lettres rogatoires, refusés dans un premier temps, ont du attendre l’accord du Ministère de l’Intérieur britannique, obtenu uniquement après d’innombrables interventions diplomatiques des autorités portugaises.

Les lettres rogatoires vont permettre à la Police Judiciaire d'effectuer des nouveaux interrogatoires au couple McCann et ses amis, ainsi que d'appréhender l'original du journal intime de la mère de Madeleine.

En territoire britannique les inspecteurs de la police portugaise vont accompagner les interrogatoires et les diverses diligences demandés dans le cadre de l’enquête à la disparition de Madeleine McCann, ou ses parents sont toujours "arguidos."

(English version)

Chiens utilisés pour rechercher Madeleine prouvent leur efficacité

0b049a9a6e4f95c5137976392526c8fb.jpgEddie et Keela, les deux chiens pisteurs utilisés par la police britannique pour retrouver des traces de Madeleine McCann dans l’appartement et dans la voiture de location utilisé au Portugal par ses parents, font à nouveau parler d’eux, après avoir retrouvé des restes humains, présument d’une fillette, enterrés depuis les années 80 sous une dalle de 20 centimètres de béton dans un orphelinat à Haut de la Garenne, sur l’ile de Jersey.

Les deux chiens ont prouvé, une fois encore, leur efficacité indiquant également plusieurs autres emplacements, à l’intérieur et à l’extérieur de l’orphelinat, ou la police s’attend à retrouver d’autres cadavres.

Eddie âgé de sept ans, est un chien spécialisé dans la recherche des victimes, détectant le sang humain enterré, les os et la chair. Sa compétence est si rare qu'il est assuré pour plus de cinq millions d’euros, avec une feuille de service qui l’a déjà amené à travailler aux Etats-Unis. Keela, a été entrainée pour dépister les restes de traces microscopiques de sang humain.

La découverte du squelette a été faite dans le cadre d’une importante enquête après que plus d’une centaine d’anciens pensionnaires ont fait état d’abus sexuels dans l’orphelinat britannique. Plusieurs témoins ont confirmé à la police que la punition corporelle, la flagellation et l'emprisonnement solitaire en cellules étaient "routine".

Maddie n’était pas à Stratton

La police à écarté ce matin la possibilité de que la fillette aperçue à Stratton par un retraité de 66 ans puisse être Madeleine McCann. Plusieurs médias outre-manche avaient rapporté hier qu’un enfant correspondant au signalement de la petite britannique avait visité la maison d’Alan Cameron, accompagné d’un couple prétendument portugais, qui était venu pour acheter quelques meubles de jardin.

Le retraité affirme avoir vu une petite fille malheureuse et effrayée, "un visage que j'avais vu aux infos."

Un porte-parole de la police de Dorset à confirmé que rien ne permet de suggérer qu’il s’agissait de Maddie, soulignant, à titre de curiosité, que "le retraité n’étais pas capable de faire la différence entre le portugais, l’espagnol ou l’italien." Une position renforcée par une source de la police à Leicester pour qui le témoignage est considérée comme "non crédible".

C’est la première fois, depuis la disparition de Maddie de l’appartement de vacances de ses parents, qu’un témoin prétend l’avoir aperçu au Royaume-Uni.

Metodo 3, l’agence de détectives espagnole au service du couple McCann, avait précédemment fait connaître plusieurs signalements de Madeleine en Europe, au Maghreb et en Amérique du sud. C’est notamment l’ancien policier Antonio Jiménez, l’homme de confiance de l’agence de détectives espagnole, qui avait révélé les témoignages de Naoual Malhi et Isabel Gonzalez au Maroc.

Responsable de l’équipe de Metodo 3 sur le terrain, Antonio J.R. est, depuis vendredi, le même jour ou le témoin de Stratton s’est fait connaître, en prison accusé de corruption, association de malfaiteurs et complicité dans le vol de 400 kilos de cocaïne.

Détective au service des McCann arrêté pour vol de cocaïne

C'est lui qui avait "découvert" les témoins qui ont affirmé avoir apperçu Maddie

Un des détectives privés au service des McCann, appartenant à l’agence Metodo 3, à été arrêté pour implication dans le vol de 400 kg de cocaïne dans le port de Barcelone.

Le détective Antonio J.R. de 53 ans, – qui travaille pour Metodo 3 sur le dossier d’investigation à la disparition de Madeleine McCann - occupait le poste d’inspecteur-chef de l’Unité de Drogues et Crime Organisé (Udyco) de la police à Barcelone au moment des faits. Il avait quitté la police, pour rentrer directement au service de l’agence Metodo 3, au précis moment ou les services internes avaient commencé l’investigation à propos de la disparition de 400 kg de cocaïne, sur un total d’une tonne et demie, appréhendé sur un bateau en provenance du Venezuela.

C’est le Tribunal de Première Instance de Martorell (Barcelone) qui a dicté aujourd’hui la prison préventive, sans recours, d’Antonio J.R., accusé de prévarication, corruption, corruption de fonctionnaires publics et association criminelle illicite.

Au service de Metodo 3 depuis 2005, le détective était chargé d’opérations spéciales dans le cadres des investigations à la disparition de Madeleine McCann, c’est lui qu’avait, ces derniers mois, voyagé au Maroc et au Portugal, annonçant plusieurs témoins, qui ont affirmé avoir aperçu Madeleine.

Duarte Levy (Barcelone) pour SOS Madeleine McCann

Gonçalo Amaral va être jugé

0606c6dd4d2fd49b04dba103b1d7a8b1.jpg

"Une affaire qui n’a rien en commun avec le cas Maddie"

Gonçalo Amaral, l’ancien coordinateur des investigations à la disparition de Madeleine McCann, va être jugé par le Tribunal de Faro accusé de ne pas avoir dénoncé une prétendue agression à la mère de Joana Cipriano, la petite fille disparue le 12 septembre 2004.

La juge d’instruction criminelle du Tribunal de Faro, Ana Lucia Cruz, à décidé d’avancer vers le jugement de cinq inspecteurs de la Police judiciaire, accusés par le Ministère Public dans le cadre d’une prétendue agression à Leonor Cipriano.

Les inspecteurs Leonel Marques, Pereira Cristóvão e Paulo Bom sont accusées de torture. Le quatrième, António Cardoso, est accusé de falsification de documents car il aurait prétendument menti dans le rapport de ce qui serait arrivé à la mère de Joana.

Gonçalo Amaral, le seul inspecteur qui appartient au siège régional de l'Algarve, n’a jamais été accusé par la mère de Joana d’agression, comme l’ont prétendu plusieurs médias britanniques. L’inspecteur, est accusé de ne pas avoir dénoncé la prétendu agression mais son avocat, Maître Antonio Cabrita, considère que, malgré le fait que Gonçalo Amaral était le coordinateur de l’investigation, il n’a pas "l’obligation de tout savoir", soulignant que, dans ce cas, il fallait juger également le directeur national adjoint et le directeur national de la Police Judiciaire.

António Pragal Colaço, l’avocat des inspecteurs de la Police Judiciaire de Lisbonne accusées par le Ministère Publique d’avoir agressée Leonor Cipriano, avait annoncé, le 11 février, que ses clients allaient être jugés "pour une question politique".

Si Leonor Cipriano, condamnée à 16 ans de prison pour l’assassinat de sa fille, prétend avoir été agressée et torturée par trois inspecteurs de Lisbonne, la Police Judiciaire a toujours affirmé que la maman de Joana a voulu se suicider en se jetant du haut des escaliers.

Ce n’est pas Maddie mais les McCann veulent regarder "eux même"

21bc6e741749622c92ec544a6705cd65.jpgKate et Gerry McCann ont fait savoir, via leur porte-parole, qu’ils veulent regarder "eux-mêmes" les bandes vidéo de surveillance de l’aire de l’autoroute où une jeune hollandaise affirmait "être convaincue d’avoir vu Madeleine McCann."

L’analyse des bandes vidéo de surveillance de l’aire de l’autoroute, située sur l’A9 à proximité de Sète, avait permis à l'Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie Nationale, à Rosny-sous-Bois, d’écarter le doute à propos de l’identité d’une petite fille aperçue dans le restaurant l’Arche.

2f5adb6aa5ae9b43228ca0100cca23c6.jpgMelissa Fiering, une étudiante en voyage entre Barcelone et Nijmegen, s’étais empressée de raconter à un journal régional hollandais qu’elle avait vu Madeleine "danser au son de la musique" d’un téléphone portable.

Depuis sa disparition le 3 mai 2007, plusieurs dizaines de personnes ont dit avoir aperçu Maddie à différents endroits du monde mais, à chaque fois, les pistes se sont avérées fausses.

Le Procureur de Montpellier, Jean Philippe à confirmée qu’une copie de la vidéo serait envoyé aux autorités britanniques à condition de recevoir une demande officielle dans ce sens, comme l’ont fait les inspecteurs de la Police judiciaire au Portugal.

Parents de Mari Luz ont décidé de vendre leurs biens pour offrir récompense

613b51969c800239a87744f21981a7e3.jpgLes parents de Mari Luz ont décidé d'élever le montant de la récompense de 150.000 euros, offerte en echange d’une piste que conduirait "directement" à la localisation de leur fille ou adressée au présumé kidnappeur pour sa libération, à 300.000 euros.

a8dd640e5b6497fb0f8739ff41d27417.jpg"Les parents proches de Mari Luz ont décidé de vendre leurs biens dans le but d’avoir une piste que nous conduise à l’enfant ou à que celui qui la maintien captive la relâche," à expliqué Juan José Cortés, le père de la petite fille.

Plus d’un mois après la disparition de Mari Luz, malgré une récompense initial de 150.000 euros, ses parents continuant sans recevoir la moindre information que puisse conduire à leur fille.

Les parents de Mari Luz continuent à collaborer avec les autorités espagnoles dans la recherche de leur fille, poursuivent plusieurs pistes, notamment celle de l’enlèvement, corroboré par deux témoins qu’ont indiqué avoir vu Mari Luz être embarquée de force dans un véhicule sur le chemin de retour de sa maison.

Clarence Mitchell indigné avec la famille Cortés

75c0a09206b7cb82abb34edf5e14abf3.jpg"C’est honteux que le père de Mari Luz vienne se plaindre," à réagi Clarence Mitchell, le responsable en relations publiques du couple McCann, en réponse à l’exigence de Juan José Cortés de que les affiches avec la photo de sa fille à coté de Madeleine ne soient pas distribués.

Juan José, à propos de la campagne d’affiches annoncé par Clarence Mitchell, a confirmé hier que "personne nous a rien demandé," indiquant que la situation aurait été la même avec la famille de Yeremi Vargas. Les affiches – qui ne sont pas encore visibles en Espagne ou au Portugal - ont été imprimées par initiative des McCann.

Clairement gêné avec la conférence de presse du père de Mari Luz, Clarence Mitchell à expliqué aujourd’hui que les McCann "ont cru avoir l'autorisation" de la famille Cortés pour organiser la campagne utilisant la photo des enfants espagnols.

Famille de Mari Luz menace les McCann avec action en justice

N° de téléphone est hors service

La famille de Mari Luz Cortés, la petite espagnole disparue depuis le 13 janvier à Huelva, a demandé que les affiches ou sa photo figure cote-à-cote avec Madeleine McCann ne soient plus distribués et considère même la possibilité d’intenter une action en justice à l’encontre de Kate et Gerry McCann si leur exigence n’est pas respecté.

c18d9fedf81097b1b5f299c9c5b172e6.jpgJuan José Cortés, père de Mari Luz, à affirmé aujourd’hui que mélanger la disparition de Madeleine à celle de sa fille "n’est pas une stratégie opportune," réaffirmant qu’il n’a jamais donné son accord aux affiches crées par la famille McCann.

"Ce sont deux cas totalement différents avec des voies d’investigation complètement distinctes," à dit le père de Mari Luz à la sortie d’une rencontre avec le Président du Gouvernement Autonome d’Andalousie.

De la taille A3, les 18.000 affiches annoncés par le responsable en relations publics du couple McCann, Clarence Mitchell, pour un cout total de plus de 4.000 euros, indiquent un numéro de contact pour signaler des informations à propos de Mari Luz qui n’est pas en service.

Nouvelles affiches de Maddie pour l'Espagne

Neuf mois après la disparition de Madeleine McCann, deux nouvelles affiches ont été divulgués ou la photo de la petite britannique apparait associée à Mari Luz Cortés et Yeremi Vargas, les deux enfants espagnols disparues, respectivement, à Huelva et dans les Canaries.

De la taille A3, les affiches (voir photos), qui seront distribués en Espagne, ont été annoncés par le responsable en relations publics du couple McCann, Clarence Mitchell, comme étant "un geste de courtoisie" envers les familles des enfants espagnols mais aussi la poursuite des recherches de Madeleine. Annoncé depuis l’année passée, la campagne aurait couté 4 mil euros pour un total de 18 mil affiches.

Pour rappel, Mari Luz est porté disparue depuis le 13 janvier et Yeremi Vargas depuis le 10 mars de l’année passé. A plusieurs reprises la campagne du couple McCann a voulu associer la disparition de leur fille Maddie à celle des deux enfants espagnols, sans pour autant arriver à convaincre les autorités espagnoles ou portugaises qu’ont toujours affirmée qu’il s’agissait de trois cas bien distincts.

La famille de Mari Luz n’avait pas été prévenue de l’initiative des McCann mais ont apprécié le geste. "C'est important si ca peux aider à retrouver Mari Luz", à dit son oncle.

Maddie: Ministre assure que l’investigation n’a pas été affectée

7f137dac59fb4ea69d6d3b7ab8670986.jpg"J'ai des indications que les déclarations du directeur national de la PJ, n'ont pas affecté le déroulement de l'enquête," a dit le Ministre de la Justice portugais, Alberto Costa, au cours de son interpellation devant la Commission Parlementaire où il avait été invité a expliquer les récentes déclarations du directeur national de la Police judiciaire, Alipio Ribeiro à propos du cas Madeleine McCann.

"C’était mon devoir de maintenir la confiance dans le directeur national” de la Police Judiciaire, a dit Alberto Costa, rajoutant que “tout’ autre attitude aurait conduit a des plus grands inconvénients”.

En réponse aux parlementaires, le Ministre a garanti que les declarations du directeur national de la Police judiciaire n’ont pas violé le secret de justice : si c’était le cas "il y aurait déjà eu une enquête."

Le directeur national de la Police judiciaire, Alipio Ribeiro, avait dit, au cours d’une entrevue, qu’il y aurait eu "précipitation" au moment de designer le couple McCann comme arguidos.

“La thèse de l’enlèvement est ridicule”

L’affirmation est du psychologue criminelle Paulo Sargento et de l’ingénieur Pedro Gamito, les experts qui ont étudié les mouvements du présumée kidnappeur et analysé les différents croquis divulgués par Clarence Mitchell. Les résultats de leur travail, et les questions qu’ils se sont posées par rapport aux témoignages, sont condensées dans une vidéo en 3 dimensions qui soulève plusieurs questions :

* Comment est’ il possible que la première description du ravisseur soit aussi vague ?

* Est’ il possible de ne pas observer le visage de quelqu’un qui transporte un enfant et remarquer le pantalon beige, son manteau marron et les chaussures classiques ?

videoLa vidéo démontre que la forme intuitive de regarder une personne qui transporterait un enfant serait, en toute logique, d’observer sa taille vers le haut et non vers le bas.

Pour les experts, il y a eu une claire intention de lui donner (au présumée kidnappeur) une apparence maghrébine.

"Pourquoi le ravisseur devrait’ il venir forcement du Maroc, d’Espagne ou du Portugal ?, "questionne Paulo Sargento.

"Je ne vois pas ce que Scotland Yard peut faire de plus"

"C’est ridicule ! Je ne vois pas ce que Scotland Yard peut faire de plus car nous avons participé à cette enquête depuis les premiers moments," affirme un responsable de la police du Leicestershire appelé à commenter les déclarations de l’ancien officier responsable de la protection de famille royale, Dai Davies, au Sunday Express.

a975d32be5a44947c0c506723b28df7d.jpgDai Davies, aujourd’hui consultant pour diverses sociétés privées, défend qu’il serait temps "de faire appel à ce que Scotland Yard prenne la tête" des investigations au Portugal de la disparition de Madeleine McCann, "analysant les potentiels suspects et les interrogeant si nécessaire".

C’est Dai Davies, une connaissance de Clarence Mitchell du temps où celui-ci était correspondant auprès de la BBC en ce qui concernait la famille royale, qui avait déjà pris la défense de Gerry et Kate McCann dans plusieurs médias britanniques, et qui considère que le fait que le couple avait laissé leurs enfants seuls dans l’appartement, à plusieurs reprises et pour plusieurs heures, n’était pas un abandon.

"Quelle que soit l’issue de cette enquête, je pense que le plus urgent serait d’accorder à nos homologues portugais la possibilité de poursuivre leur travail interrogeant les témoins qu’ils jugent nécessaire", affirme le même officier à Leicester.

Metodo 3: "renifleurs de braguette" (*)

Aujourd’hui, le quotidien britannique Times revient sur Metodo 3, l’agence de détectives espagnole, de Marita Fernández Lado, engagée par les McCann, expliquant que le choix du couple aurait été fait en fonction de la liaison linguistique et culturelle entre l’Espagne et le Portugal.

"Si on avait pris des Britanniques avec leurs grosses bottes, ou, encore pire, des Américains, on nous aurait claqué les portes dans la figure, et il est très probable qu'on nous aurait inculpé d'avoir fait obstruction à l'enquête puisque, techniquement, il est illégal au Portugal d'entreprendre une enquête parallèle," aurait expliqué Clarence Mitchell au Times.

Selon le porte-parole des McCann, le directeur national de la Police judiciaire, Alipio Ribeiro, "fait comme s’il n’était pas au courant", ignorant Metodo 3 vu leur insignifiance.

L’article du Times – excellent je dois l’admettre- révèle encore que Francisco Marco, un des responsables de l’agence, considère que le montant de 70.000 euros versés mensuellement par le fonds Madeleine, n’est pas élevé mais purement "symbolique".

Le Times met encore le doigt sur l’absence de résultats de Metodo 3 et la relation entre l’agence de Barcelone et plusieurs médias en Espagne, avec qui Francisco Marco prétend avoir une liaison privilégiée.

Metodo 3 sur SOS Madeleine: 1, 2, 3, 4

(*) Traduction littérale de l'espagnol "huele braguetas". Ça fait référence à l'activité la plus courante des détectives: découvrir des infidélités conjugales, à l'instar du conjoint. Et c'est, bien sûr, péjoratif...

Pressions britanniques "on affecté le bon déroulement de l’enquête"

26bea993378e4cda34577db9e9f290c9.jpgDavid Miliband, le ministre des Affaires étrangères britannique (Foreign Office), présent au Portugal au moment des interrogatoires de Kate et Gerry McCann, a été informé préalablement par son homologue portugais de l’intention des autorités portugaises de constituer le couple comme arguidos et de l’arrestation éminente de Kate McCann. "C’est le ministre en personne qui avait donné des instructions au consulat de Portimão pour négocier le départ des McCann, assurant qu’il n’y aurait pas de prison préventive," accuse un des diplomates qui avait traité le dossier à l’époque, rajoutant "qu’habituellement ce n’est pas notre rôle officiel".

"La justice portugaise est en train de faire son travail et les services consulaires britanniques sont en train d'accomplir leur obligation," avait dit Miliband à l’agence EFE en marge de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne au Portugal.

Même si le sujet reste délicat, aussi bien au Portugal qu’au Royaume-Uni, le diplomate maintien ses affirmations : "le travail des délégués du Foreign Office, en particulier celui de Clarence Mitchell, a affecté le bon déroulement de l’enquête".

cbc6105ee53d18c12ebbd91a38c6f726.jpgC’est le Premier ministre Gordon Brown (Chancellor of the Exchequer au moment des faits) en personne qui avait recommandé l’envoi de Clarence Mitchell au Portugal comme délégué du Foreign Office avec l’instruction spécifique d’accompagner le couple McCann et d’augmenter la pression sur les autorités portugaises.

"Il avait plus d’autorité que le consul ou l’ambassadeur… et il ne s’est pas fait prié de l’utiliser," affirme le même diplomate (qui n’est plus en poste au Portugal aujourd’hui).

Après un entretien entre les McCann et la Police judiciaire, Clarence Mitchell aurait souligné – affirme le diplomate – que "l’inspecteur Gonçalo Amaral était un obstacle mais que la presse allait continuer à se charger de lui et qu’il finirait par être écarté de l’enquête".

Malgré une véritable campagne d’acharnement de la presse britannique contre l’inspecteur Gonçalo Amaral, coordinateur du Département d’Investigation criminelle de Portimão (DIC), le responsable de l’enquête concernant la disparition de Madeleine McCann a su résister jusqu’au mois d’octobre. La publication par le Diário de Noticias d’un article, selon lequel Gonçalo Amaral aurait accusé la police 2e63421b2fa6855682d7f433301eac9b.jpgbritannique de travailler uniquement "sur ce que prétend le couple McCann et ce qui leur convient" a amené le directeur national de la Police judiciaire, Alipio Ribeiro, à l’écarter de ses fonctions : "c’est exactement ce que Clarence Mitchell avait préconisé," affirme notre source.

Gonçalo Amaral aurait été contacté par un journaliste à propos d’un email anonyme accusant une ancienne employée de l’Océan Club. "Le journaliste ou l'inspecteur lui-même aurait pu être manipulé," confirme notre source pour qui la police fait son travail, "aussi bien au Portugal qu'au Royaume-Uni", mais le cas "est devenu une question politique et diplomatique" dans laquelle personne ne veut perdre la face.

Manipulation ou pas, la journaliste avoue aujourd'hui son aversion à l’affaire Madeleine : "Je ne veux plus entendre parler de cette histoire".

Clarence Mitchell continue sa traque sur internet

Clarence Mitchell, ancien directeur de l’Unité de Surveillance des Média du gouvernement britannique – jamais remplacé dans ses fonctions -, continue sa traque des sites internet qui échappent au contrôle des McCann et du Fonds Madeleine. Le responsable des relations publiques du couple s’est attaqué au site "McCannfiles", crée par Nigel Moore, connu par les internautes comme une véritable base de données concernant les événements liés à la disparition de Maddie.

9b2c8679d5c951099939662cd362ea82.jpgClarence Mitchell accuse les sites internet qui ne sont pas liés au couple, comme c’est le cas de "Mccannfiles", de distraire l’attention du public des recherches de Madeleine, rajoutant qu’il "préférerait que l’effort et l’argent des gens aillent au Fonds Madeleine".

L’auteur du site, Nigel Moore, a passé plus de 500 heures de travail à rassembler toutes les informations disponibles à propos du cas de la disparition de Madeleine, soulignant qu’il y a encore "des questions auxquelles les McCann doivent répondre".

L’objectif du site n’est pas de créer des bénéfices mais son créateur a mis à la disposition des internautes la possibilité de contribuer aux frais de manutention du site via des dons.

Ce n’est pas la première fois que Clarence Mitchell s’en prend à des sites et forums sur internet avec une vision de l’affaire Madeleine différente de celle divulguée par le site officiel des McCann.

Clarence Mitchell aurait utilisé à plusieurs reprises les contacts et les services du gouvernement britannique afin de surveiller plusieurs journalistes mais aussi le comportement des internautes sur une liste de forums et blogs considérés comme "hautement nocifs" pour l’image des McCann et du gouvernement britannique.

Ministre de la Justice va s’expliquer au Parlement

Le CDS/PP, parti de l’opposition, a demandé l’audition du Ministre de la Justice au parlement. Le parti de la droite centriste veut connaître les raisons pour lesquelles le Ministre Alberto Costa a maintenu sa confiance dans le directeur national de la Police judiciaire après ses déclarations controversées. Plusieurs parlementaires, aussi bien du parti du gouvernement que de l’opposition, ont manifesté leur surprise et leur mécontentement à propos des déclarations d’Alipio Ribeiro.

(Mise à jour - 18H00) Le directeur national adjoint de la Police Judiciaire, Baltazar Pinto, en visite à l’ile de Madeira, a expliqué aujourd’hui que la polémique crée au tour des déclarations du numéro un de la PJ, Alipio Ribeiro, est le résultat d’un malentendu.

"Il s’agit d’un mal entendu car il faisait allusion au timing de la constitution comme arguidos", a expliqué Baltazar Pinto.

Alipio Ribeiro n’aurait pas mis en cause le statut des McCann mais le moment ou ils ont été constitués comme arguidos.

Ministre de la Justice soutient directeur de la PJ

b2b6490758da08dc99a53d4838384595.jpgLe Ministre de la Justice portugais, Alberto Costa, a manifesté aujourd’hui sa confiance dans le directeur national de la Police Judiciaire, malgré la polémique crée par ses déclarations a propos du cas Madeleine McCann.

Alipio Ribeiro, directeur de la PJ, avait parlé de "précipitation" dans la constitution de Kate et Gerry McCann comme arguidos (suspects) dans le procès à la disparition de leur fille. Malgré ses excuses - ou il expliquait que ses les mots auront été dans le sens dont si les McCann avaient été maintenus comme témoins, "peut-être ils ne seraient pas partis pour Angleterre. Ils auraient été plus coopérants avec la Justice" – Alipio Ribeiro ne cesse d’être critiqué publiquement.

"Le fait que le directeur national de la PJ continue en fonctions signifie tout ce que je pense sur cette matière", a répondu ce matin le Ministre Alberto Costa, questionné à propos de l’entrevue d’Alipio Ribeiro à la Radio Renasçença.

Police portugaise inquiète par le manque de coopération britannique

Dans l’investigation de la disparition de Madeleine McCann, si les pressions politiques et diplomatiques ont joué un rôle négatif dans l’évolution de l’enquête, c’est le manque de coopération du Ministère de l’Intérieur (Home Office) britannique qu’inquiète-le plus les inspecteurs de la Police Judiciaire, convaincus de la bonne volonté de leurs collègues de Leicestershire.

Même si le cas est bien différent, ce n’est pas la première fois que l’attitude du Home Office empêche la Police Judiciaire de mettre la main sur un assassin refugié sur le territoire britannique. C’est le cas d’un homme originaire du Bangladesh – comme révèle aujourd’hui le Correio da Manhã – connu des autorités portugaises comme l’assassin de la Place d’Espagne, à Lisbonne. Le psychopathe, avait traversé un des endroits le plus mouvementés de la capitale portugaise, agressant au couteau tous ceux qui ont croisé son chemin, avant de réussir à prendre la fuite vers Londres, muni d’un faux passeport.

Malgré le manque de connexion entre les crimes commis contre des inconnus, choisis à l'hasard dans la foule, et l’absence de passé criminel au Portugal, les inspecteurs de la Police Judiciaire ont réussi à reconstituer le parcours de l’assassin, l’identifier et le localiser à Londres ou le manque de coopération du Ministère de l’Intérieur britannique à empêché sa capture et son extradition.

Au départ de l’investigation, la police ne disposait que d’une maigre description de l’individu : traits indiens, un turban blanc et un couteau au poing.

Après deux ans d’attente, car il a fallu que l’homme quitte le territoire britannique, l’assassin est à nouveau localisé, cette fois ci dans le sud de l’Europe, ou la Police Judiciaire doit une fois encore compter sur la coopération internationale pour réussir à l’arrêter.

McCann toujours suspects

fb49d3f24b4b2d67886c901d40233ba5.png

Magistrats et Inspecteurs de la Police Judiciaire (PJ) n’ont pas apprécié les déclarations du Directeur National de la Police Judiciaire, Alipio Ribeiro, même si aujourd’hui des sources proches du responsable de la police ont réaffirmé qu’il y a eu mauvaise interprétation de ces propos : les mots du directeur auront été dans le sens dont, si Kate et Gerry avaient été maintenus comme témoins, "peut-être ils ne seraient pas partis pour Angleterre. Ils auraient été plus coopérants avec la Justice".

A Algarve, la plupart des Inspecteurs de la PJ ont accueilli les déclarations du leur directeur avec surprise car la ligne d’enquête n’a pas changé et si l’investigation semble au point mort, aux yeux du public, plusieurs diligences sont en cours même si la plus importante, affirme un des responsables à Portimão, "reste l’interrogatoire aux amis du couple".

Les inspecteurs continuent à suspecter le couple d’avoir occulté le corps de leur fille dans la nuit du 3 mai dernier, confirme le même responsable pour qui "l’enquête est bien un travail de patience" comme l’a dit Alipio Ribeiro : "Sur ça il ne s’est pas trompé".

Au mois de septembre dernier, plusieurs sont les inspecteurs qui ont demandé la prison provisoire de Kate et Gerry McCann, ayant déjà, à l’époque, la ferme conviction qu’il y avait assez de preuves pour justifier cette mesure : "Aujourd’hui nous avons beaucoup avancé dans l’enquête et nous sommes certains de que les parents de Madeleine et leurs amis peuvent expliquer ce qu’est arrivé à l’enfant", affirme le responsable, pour qui "le départ du couple de Praia da Luz est venu compliquer les choses. Nous sommes obligés de dépendre du bon vouloir des autorités britanniques".

Au mois de septembre le Procureur du Ministère Public de Portimão, José Magalhães e Menezes, à décidé de les constituer arguidos sans avoir recours à la prison préventive, laissant la porte ouverte pour leur départ vers le Royaume-Uni comme l’avaient demandé les autorités britanniques via leurs représentants diplomatiques au Portugal.

Réactions : "Tout ceci est très étrange"

Francisco Pagarete, l’avocat de Robert Murat, s’est refusé à commenter les déclarations du directeur de la PJ soulignant que "tout ceci est très étrange". L’avocat du britannique, arguido depuis le 14 mai dernier, avoue sa surprise avec les déclarations d’Alipio Ribeiro mais préfère attendre l’évolution de l’enquête avant de décider s’il y a une réaction à prendre.
"Pour éviter ce genre de situations : retenue et réserve dans le discours", conseille le président du Syndicat des magistrats du Ministère Publique, Antonio Cluny, pour qui il est "inquiétant" de voir un responsable de la PJ parler sur un procès encore en cours.

d59d8cdd68dfa6bbc6656dea3a71fe6e.jpgMarcelo Rebelo de Sousa, professeur universitaire de Droit et commentateur politique, à affirmé sur la première chaine de télévision portugaise que les déclarations d’Alipio Ribeiro sont "très graves". Ancien Ministre et Conseiller d’Etat, Marcelo accuse Alipio Ribeiro d’avoir "tué l’investigation de la police quand il a dit qu’il y aurait eu précipitation en constituer le couple McCann comme arguidos dans le procès".

Maddie: La Police mène un combat entre David et Goliath

4aa4b7f6e8757c30d31a0eb054b72a75.png"Dans l’enquête McCann, vu les obstacles qui nous ont été crées au Royaume-Uni, la meilleure tactique aurait été de continuer l’investigation sans faire savoir que les parents sont suspects", affirme une source de la Police Judiciaire à propos des déclarations de leur Directeur National, rajoutant "qu’en ce moment l’investigation est devenue un combat entre David et Goliath".

Le Directeur National de la Police Judiciaire (PJ), Alípio Ribeiro, a considéré hier qu'il a y eu "précipitation" dans la constitution de Kate et de Gerry McCann comme arguidos dans le procès de disparition de leur fille. Alipio Ribeiro confirme également la bonne direction suivie par les enquêteurs soulignant qu’il s’agit d’une investigation dans laquelle il faut avoir de la patience.

Les déclarations du Directeur de la PJ ont été faites au cours de l’enregistrement du programme "Diga Lá Excelência” de la Radio Renascença qui sera transmis demain midi, où il est interrogé par les journalistes Celso Paiva et Paula Torres.

Police invité "a agir avec humanité"

d6cfa778988e0fb8f93e590545d566f3.jpg(Mise à jour) Clarence Mitchell, porte-parole de Gerry et Kate McCann, a rapidement réagi aux déclarations du Directeur National de la Police Judiciaire affirmant que le couple a "très bien accueilli les commentaires d’Alipio Ribeiro dans lesquels il accepte que les officiers de la police portugaise sous son autorité ont agi à la hâte en désignant les McCann comme suspects officiels". Clarence Mitchell va plus loin, et avant même de prendre connaissance de l’entièreté de l’entrevue d’Alipio Ribeiro, invite les autorités judiciaires portugaises à enlever leur statut d’arguidos, agissant avec "humanité"

L’ancien directeur de l’Unité de Surveillance des Médias britanniques, devenu responsable en relations publiques du couple McCann, a réagi via le site internet Find Madeleine, maintenant avec un nouveau design. Le site, qu’a adopté un look plus soigné et plus rose, maintien la vente de bracelets et t-shirts mais n’affiche plus la situation financière du Fond Madeleine.

Famille de Mari Luz offre 150.000 € pour récupérer leur fille

ed69a8153608752e8e5cb8640453a7ed.jpgJuan José Cortés, le papa de la petite espagnole qui reste introuvable, a confirmé l’offre d’une récompense de 150.000 € à celui "qui peut apporter une information concrète à propos de l’endroit où se trouve Mari Luz ou à celui qui la ramène" rajoutant que l’offre concerne également le ravisseur.

Mari Luz, cinq ans, a disparu le 13 janvier dernier après avoir été seule dans un kiosque près de sa maison dans le quartier populaire d’El Torrejón, Huelva.

Le père de Mari Luz, dans une conférence de presse improvisée devant son domicile, s’est dit prêt à ne pas révéler l’identité du ravisseur car "le seul objectif de la famille et de la police est de retrouver rencontrer Mari Luz et de savoir qu’elle va bien".

Malgré le fait de n’avoir reçu aucun appel considéré important, Juan José Cortés a affirmé "qu’il y a des personnes qui savent plus mais qui ont peur de parler" et que la récompense peut aider les gens à se décider à parler.

Comme dans le cas de Madeleine McCann, la famille de Mari Luz commence à être confrontée à des signalements qui se sont avérés faux. Hier, un témoin a affirmé que Mari Luz était dans un village de Séville mais, après vérification, la police a pu écarter cette piste. (Site Officiel de Mari Luz)