Madeleine: Grand-mère inquiète avec les preuves de l’enquête

"La judiciaire à fait preuve d’un très grand professionnalisme. Ils nous ont fait participer à l’enquête avec une liberté qu’ont ne saurais pas rétribuer au Royaume-Uni. Toutes les vestiges et diverses éléments ont été rassemblés par nous ou avec nous". L’affirmation, faite cette après-midi, est d’un des investigateurs de la police britannique qui avaient fait le voyage à Praia da Luz, en réaction aux récentes inquiétudes de la grand-mère de Madeleine McCann.

Susan Healy, la mère de Kate McCann, est inquiète à propos de l’origine des preuves que la police portugaise à trouvé contre sa fille : "je suis inquiète que les preuves y soient mises".

"Je connais ma fille et je sais à quel point Madeleine contais pour elle. Ma fille n'a rien eu avoir avec la disparition de Madeleine", affirme la grand-mère de la petite britannique, soulignant croire que quelqu’un pourrais encore produire des faux éléments pour faire accuser Kate et Gerry d’avoir participe à la disparition de leur fille Madeleine.

Déjà en septembre, après la mise en examen du couple McCann, la grand-mère avait accusé la police de les avoir "manipulées" pour les accuser de meurtre. "C'est une manipulation. Ca doit y avoir été déposé par le malfaiteur", avait alors affirmé la mère de Kate à propos de l’ADN trouvé par la police.

"Je comprends la douleur et l’inquiétude de madame Healy, mais nous avons tout accompagné depuis notre arrivée", affirme l’investigateur britannique.

A propos de la Renault Scénic loué par le couple, ou les chiens pisteurs ont signalé le passage d’un corps, l’investigateur britannique considère "qu’il aurait été difficile d'avoir eu accès à la voiture sans la connaissance du couple".

FORUM

2 commentaires:

  Anonyme

20 novembre 2007 à 11:21

Je ne comprends pas pourquoi la police britannique et portugaise ayant tant de preuves sur le décès de Madeleine, font trîner encore cette malheureuse et sordide histoire.

  franki

2 décembre 2007 à 11:46

parce que les parent ne veulent pas l'admettre et il y a beaucoup de trous dans la cronologie des fait