"Je suis certaine d'avoir vue la petite"

Si le travail de la presse est celui d'accompagner les faits, de les dénoncer et les faire connaitre, dans cette tache, et pour ce que concerne l'affaire de la petite Madeleine, le "Correio da Manha" portugais ne lâche pas prise... et c'est tant mieux ainsi.

Dans son édition d’aujourd’hui il revient sur la touriste norvégienne qu’affirme avoir vue Maddie au Maroc, ce qu’en soit est fort possible car l’Algarve est port d’attache d’un grand nombre de bateaux de pèche et de plaisance. En plus, la traversé vers les cotes marocaines est facile et rapide.

http://www.correiodamanha.pt/noticia.asp?id=243381&idselect=181&idCanal=181&p=0

Témoin: Mari Olli affirme au “Correio da Manha” avoir été contacté par la PJ.

Je suis certaine d’avoir vue la petite.

Je marchais distraite quand j’ai vu “cette petite fille blonde avec son visage si spéciale”, dans le couloir avec son air perdu parmi “des gens si différents”. Elle avez un pyjama bleu clair et, avec son mettre de taille, elle était triste. Deplace. Mari Olli l’a regardé dans ses yeux et l’a vue s’éloigner avec un homme qui "ne pouvais pas être son père”.

La norvégienne l’a encore entendu demander “je pourrais voir maman” et, depuis le mercredi 9, ces quelques secondes dans une station d’essence a la sortie de Marraquexe (Maroc), l’en pèchent de dormir en paix.

Elle affirme au « Correio da Manha » être certaine de qu’il s’agissait de Madeleine. La Police Judiciaire portugaise l’a déjà contacte, depuis dimanche passe, à six reprises.

Mari Olli, 45 ans, ex-assistante dans un centre pour enfants handicapes, vit depuis cinq ans dans les alentours de Malaga, Espagne. Apres quelques jours de vacances à Agadir, elle a passe la nuit du 8 au 9 mai à Marraquexe. Le lendemain, avec son mari, elle prend le bateau de Tanger pour Tarifa.

Elle affirme « être certaine » de qu’il d’agissait de la petite Maddie, « la, debout sous la vigilance d’un homme bizarre ». A ce moment la, même si l’image de petite l’a marque, elle ignore tout de la disparition de Madeleine au sud du Portugal. Elle avait passe quelques jours eloigne du monde, de la television.

A son arrive en Espagne, elle est littéralement inonde par toute l’information “a propos de la petite anglaise” et n’a pas eu de doutes car elle l’avait vu le matin “vers 10h00”. Le « visage aussi spécial » que n’arrêtais pas de passer a la télévision l’a fait revenir sur "l'air si gentil” de la petite de la station service. Elle affirme se rappeler du Detaille dans l’iris de l’œil de Maddie et « les chevaux blonds » si différent des gens du Maroc, l’air perdu avec cet homme a cote.

La sensation de Mari Olli a été “bizarre, comme celle des deux employées de la station qui peuvent certainement le confirmer. C’était un enfant qu’on, a envie de serrer dans nos bras ou lui donner la main. Pourtant cette homme ne voulais que s’éloigner »

Mari se rappelle avoir croisé le regard de la petite “dans son pyjama bleu clair”, avant d’être tiré par la main par l’homme qui Mari n’arrive pas a bien décrire et que n’a pas répondu quand la petite lui a demandé “ je pourrais voir maman bientôt ?”. Mari s’est retourne pour payer les deux bouteilles d’eau et les deux on disparue. « Quand je suis retourne dans la voiture je ne l’est plus vu et j’ai en parle a mon mari mais lui ne pensais qu’a rouler pour arriver au bateau a temps ».

Mari affirma ne pas avoir été pris au sérieux par la police espagnole – avec qui a pris contact de suite – mais a été entendu par Katy Peters du Scotland Yard et par les enquêteurs de la police portugaise avec qui s’est entretenu a six reprises.

Henrique Machado / T.L
(traduction de ndlevy)



2 commentaires:

  Jean

22 mai 2007 à 22:00

Merci pour la traduction. Pas mal.

  Marc Delvaux

22 mai 2007 à 22:02

Que fait la police au Maroc ?